Grotte du Grand Roc

Grotte du Grand Roc

Les falaises de Laugerie-Basse et du Grand Roc dominent majestueusement la Vézère ; ces 2 sites sont proposés à la visite et témoignent de l’histoire de la falaise.

La découverte de la Grotte du Grand Roc

En 1922, Jean Maury, alors archéologue à Laugerie Basse, remarque une petite terrasse naturelle située à mi-hauteur de la haute falaise du Grand Roc. Après une rapide escalade, il aperçoit une petite fissure laissant s’échapper une source à faible débit. Deux années de travaux permirent de pénétrer une grotte totalement vierge.

3 années furent nécessaires à l’aménagement intérieur et extérieur de la grotte : son ouverture officielle a lieu en 1927.
En 1993, l’éclairage de la grotte est totalement repensé : on arrive alors à concilier les contraintes du lieu (fragilité, difficulté d’accès, conservation) avec une véritable mise en scéne artistique des cristallisations.

Formation et cristallisations

En traversant le plateau, les eaux de pluie s’acidifient. Elles attaquent ensuite le massif calcaire et se chargent en calcaire dissout. Lorsqu’elles débouchent dans la grotte, elles déposent des carbonates sous forme de calcite.
Chaque goutte d’eau qui traverse la roche contient du gaz carbonique, son acidité dissout le calcaire. Lorsque cette goutte d’eau pénètre dans la grotte, le mécanisme s’inverse : sous l’effet du changement de pression et surtout la baisse de température, le gaz carbonique s’échappe et une partie de l’eau s’évapore. Les carbonates se précipitent alors sous forme de cristaux de calcite.
Ce principe simple est néanmoins sujet à une très grande variabilité, qui se traduit par la diversité des types de cristallisations.

La grotte du Grand Roc en contient toutes les formes possibles, des plus simples aux plus étonnantes : stalagmites, stalagtites, colonnes, fistuleuses, gours, excentriques, triangles…
Et pour les plus curieux, quelques explications en géologie proposées.