Château de Puymartin

Château de Puymartin

Entre Sarlat et les Eyzies le regard est attiré par les tours crénelées de Puymartin. Ce château construit au XIIème siècle (env. 1270) a été détruit pendant la guerre de Cent Ans (1358), et reconstruit vers 1450 par Radulphe de Saint-Clar qui l’a habité. Le Château de Puymartin a traversé les siècles et a été restauré en partie au XIXème (vers 1890) par son descendant, le Marquis de Carbonnier de Marzac, ancêtre de la famille actuelle : de Montbron. C’est en cela que le château de Puymartin conserve des biens de famille, mobilier, tapisseries, peintures et un Cabinet Mythologique unique en Périgord.

5 siècles d’appartenance à une même famille

La date de la construction du Château de Puymartin remonterait au XIIIème siècle vers 1269. Ce château n’était pas isolé, du haut de ses coteaux : un village né de l’essor démographique du XIIème siècle (aujourd’hui détruit), l’entourait en contrebas.

Le château tomba entre les mains des anglais le 8 janvier 1357. Moyennant une forte rançon, les sarladais récupérèrent le château dont ils détruisirent les créneaux, remparts des murs et toitures du château et les planchers arrachés afin de parer toute nouvelle occupation du site. Puymartin resta en ruine durant toute la Guerre de Cent Ans.

En 1450, Radulphe de Saint-Clar reprit le château et il entreprit sa reconstruction ainsi que son extension. Son petit fils, chef des catholiques en Périgord, y établit au XVIème siècle son quartier général.

Les guerres de religions terminées, Puymartin retrouva une certaine sérénité, troublée à la fin du XVIIème siècle par un conflit familial qui dura environ 40 ans, pour la possession du château entre un frère et une sœur.

La restauration du château fut entreprie à la fin du XIXème siècle par le marquis Marc Roffignac de Carbonnier de Marzac qui y consacra un million de francs Or (environ 3 millions d’euros). Ce propriétaire n’eut qu’une fille qui se maria au comte Jacques de Montbron en 1920. C’est toujours la famille de Montbron qui est propriétaire du château aujourd’hui.

Donc depuis plus de 5 siècles, ce château appartient à la même famille mais les noms ont changé du fait des mariages : Saint-Clar, La Pleynie, Roffignac de Marzac, (Roffignac) Carbonnier de Marzac et maintenant Chérade de Montbron.

Aujourd’hui de nombreuses pièces se visitent, comme la salle de garde, qui se trouve dans le corps de logis et permet de communiquer de la tour Sud à la tour Nord.
Mais aussi le grenier, qui se situe tout en haut de l’escalier haut de 93 marches, ainsi que les chambres.
La salle basse quant à elle, est en quelque sorte le musée du château, avec des tapisseries flamandes du XVIIème siècle, des meubles XVIIème et XIXème, ainsi que des reproductions de meubles Renaissance, et un billard de la fin du XIXème, et enfin des portraits et bustes de famille.

La légende de la Dame Blanche

À côté de cette pièce : Au XVIème siècle, Thérèse de Saint-Clar fut surprise par son époux de retour de guerre avec son amant. L’amant fut tué et l’épouse infidèle fut emprisonnée dans cette petite pièce pendant 15 ans. La porte fut murée, seule une petite trappe permettait de faire parvenir la nourriture.
À sa mort, son corps fut emmuré là, et depuis une légende dit que Thérèse reviendrait hanter le château le soir aux environs de minuit, son fantôme s’est manifesté à plusieurs personnes. Elle se promènerait dans l’escalier, dans sa pièce et sur les chemins de rond : c’est le fantôme de la Dame Blanche.

 

Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

Average rating:  
 0 reviews
Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

Average rating:  
 0 reviews