Château de Losse

Château de Losse

Passage obligé entre les grottes de Lascaux et les Eyzies, le Château de Losse a été construit au XIème siècle, comme place forte dans la Vallée de la Vézère, par la famille de Losse, venant de Flandres.

C’est Jean II de Losse (1504-1580), page de François 1er et serviteurs des fils de Catherine de Médicis, qui fit évoluer le château au goût du jour selon l’influence italienne, tout en gardant une sobriété et une modestie propres à ses racines provinciales. En cette période troublée de guerres de religions et de troubles civils, il eut le souci d’adapter les fortifications médiévales. Ainsi, l’enceinte assure la défense du château, avec les nouvelles « bouches à feu » (canons, couleuvrines et mousquets) un tir croisé minutieusement étudié fut installé à partir d’orifices dans les tours et la muraille à laquelle fut ajoutée une échauguette.

Une forteresse de charme

Le château n’a pas changé depuis le XVIe, exception faite des ravages du temps. A ce titre il a été classé « Monument historique » dés 1928.
Par un pont enjambant des douves profondes qui cernent les murs sur les trois cotés, l’on pénètre par le châtelet dans la cour d’honneur du château . Il est fait, comme nombre de demeures Périgordines du XVIe, de différents volumes couverts d’imposantes toitures pentues.

Face au Grand Logis l’on tombe sous le charme de cette demeure d’une grande élégance. La grande et magnifique terrasse s’appuyant sur la falaise révèle toute la beauté de la vallée de la Vézère.
L’escalier d’apparat et les salles présentent également de remarquables ornements, tels cheminées et décors sculptés.

Témoignage du cadre de vie de Jean II de Losse, l’exceptionnel mobilier d’époque 16e et 17e des appartements fait l’admiration de tous les visiteurs. Complété de tapisseries et de tableaux l’ensemble est parfaitement évocateur de l’esprit des lieux.

Des jardins remarquables

Labellisés « jardin remarquable » en 2004 par le ministère de la Culture, les jardins surplombent la rivière classé depuis 1932 et se visite à loisir selon le bon plaisir de chacun.
Le jardin en terrasse, dessinées telles qu’au 17e siècle, sont entourées de couloirs qui dictent un parcours labyrinthique. Des fenêtres ouvrent sur les tracés de buis enserrant les floraisons et sur divers angles de vue du château.

La Tonnelle, chemin ombré et parfumé, prisé au 17e siècle, mène au chemin de ronde bordé de créneaux en topiaire et dont les murs sont tapissés de rosiers.
Le jardin bas présente un grand parterre, des romarins plantés en banquette renferment des lavandes taillées en chou. Le petit canal de la fontaine d’Apollon et de Vénus coule parmi les topiaires de diverses essences.

Les douves sèches sont plantées et aménagées pour la promenade qui peut se prolonger agréablement, au nord du château, dans le parc longeant la rivière.

 

 

crédits photos : Château de Losse